mardi 26 avril 2011

Transat 6,50 2009 : la plus longue de l'histoire de la course !

La 17ème édition de la Transat 6,50 de La Charente-Maritime à Bahia partira le 13 septembre 2009.




La Transat 6,50, ex Mini-Transat, est une course transatlantique en solitaire sans assistance extérieure, créée il y a 32 ans, sur des voiliers ne devant pas dépasser 6,50 mètres et visant à permettre à tous de participer à une régate, même avec des moyens financiers réduits.


La Transat 6,50 est souvent considérée comme une véritable initiation à la course au large, à cause (ou grâce ?) de ses conditions difficiles : gestion d'un projet avec un petit budget, vie en mer à bord d'un espace réduit, manque de sommeil...


Un premier pas dans la vie de skipper professionnel, et vers les 60 pieds : la Transat 6,50 a vu les débuts d'illustres skippers tels que Yves Parlier, Michel Desjoyeaux, Ellen MacArthur, Sébastien Josse ou encore Loïck Peyron.




La Charente-Maritime/Bahia Transat 6,50 se joue en deux étapes. La première, d'une longueur de 1100 milles au départ de La Charente-Maritime le 13 septembre, débute par une traversée du Golfe de Gascogne, suivie d'une descente le long des côtes portugaises jusqu'à Madère.


La deuxième étape, longue de 3100 milles, partira le 3 octobre et  traversera l’archipel des Canaries et celui du Cap-Vert, jusqu'à Salvador de Bahia, au Brésil.L'arrivée est prévue pour le 20 octobre.


En tout, un parcours de 4200 milles (soit 7800 km) qui font du parcours de cette 17ème édition de la Transat 6,50 la plus longue distance à parcourir de toute l'histoire de la course.





Les participants sont répartis en deux catégories : ils sont 47 en série, et 37 en prototype. Au total, 84 skippers prendront le départ de la Transat 6,50, dont 51 Français et 6 femmes. En 2007, lors de la dernière édition de la Transat 6,50, Yves Le Blévec (Actual Interim) avait remporté la course en prototype et Hervé Piveteau (Jules - Imprimerie Cartoffset) en bateau de série.




Crédit photo : Grand Pavois organisation





0 commentaires:

Publier un commentaire