mardi 26 avril 2011

Areva Challenge : Réactions après la seconde journée

Si AREVA Challenge a volé le départ de la première régate du jour, c'est d'un cheveu ! Car le timing des Français était parfait en milieu de ligne… Et ils ne furent pas les seuls à être obligés de revenir derrière la ligne, mais les Américains étaient très près du bateau Comité et perdaient moins de temps que FRA 93 qui dut ralentir pour laisser passer la flotte avant de pouvoir faire demi tour ! Avec d'entrée de jeu plus de 300 mètres de retard, le match était pipé pour espérer revenir aux avant-postes dans une brise musclée de 15 nœuds avec rafales de Sud Ouest.AREVA Challenge, très handicapé par ce départ prématuré, n'avait pas d'option à prendre : il lui fallait rester dans du vent non perturbé par les Class America devant lui, tout en cherchant à profiter des bascules du vent à droite, puis à gauche : pas facile ! Et les Français étaient accrocheurs en grappillant des places à l'issue du deuxième bord contre le vent. Malheureusement, ils perdaient un tout petit peu de terrain lors de l'ultime vent arrière au profit des Allemands qui les battaient de trois secondes !


Une autre manche était lancée à 16h20 toujours dans une belle brise d'Ouest de plus de quinze nœuds très variable en direction. FRA 93 se sortait bien d'un premier près assez incertain et très serré entre une flotte de Class America qui surveillait le ciel pour tenter de comprendre vers où le vent allait basculer. D'abord à droite, puis à gauche… Et les Français prenaient la bonne option dans le sillage des Américains qui viraient la première bouée dans le tableau arrière d' Alinghi, leader d'un fil… AREVA Challenge était en passe d'enrouler la marque au vent en troisième position quand les Italiens de +39 Challenge démâtaient, accrochés par les Allemands ! Gênés par les bateaux qui évitaient le contact avec le Class America transalpin, FRA 93 passait finalement en huitième position… La suite de cette Race 3 ne fut qu'une suite de loteries et de coups tordus puisque le dernier bord de vent arrière se terminait… contre le vent !


Bateaux arrêtés à 500 mètres de l'arrivée, grain soudain qui casse les tangons et déchirent les voiles.


Côté français, l'équipage n'a fait que gagner des places quand le vent est resté stable, jusqu'à revenir en 4 ème position. Mais le trou de vent lui a été plus fatal qu'aux autres au point de le reléguer à la huitième place. Le bilan de cette deuxième journée du Louis Vuitton Act 13 est donc très sévère pour l'Equipe de France qui n'a toutefois connu aucun problème technique a contrario de nombre de Class America. Dont +39 Challenge qui n'est pas sûr de pouvoir s'aligner au départ demain jeudi où deux manches sont programmées dans une brise qui devrait être aussi musclée que ce jour, mais avec une mer encore plus dure !


Gérard Holtz (France Télévison), 18e homme lors de la première régate du jour :


« J'ai vécu un mélange de voyage sur la lune et chez le Père Noël aujourd'hui ! Participer à une régate en flotte est une expérience exceptionnelle. Le départ est en particulier un moment incroyable, et très fort. Je suis amateur de voile, et il y a beaucoup d'émotion. Comme le dit très bien Thierry Peponnet, « c'est une partie d'échec avec des équipes de rugby sur des Formule 1 ». Tous les éléments étaient réunis pour passer une journée hors du commun : minutie, précision, professionnalisme ! Le travail d'équipe à bord est incroyable. L'America's Cup est l'un des plus beaux événements de voile au monde, c'est LE plus vieux trophée sportif, et c'est aussi une compétition qui se déroule cette fois en Europe, que l'on va pouvoir regarder en direct, et surtout avec un Challenger français qui est capable d'aller loin.  »


Thierry Peponnet, tacticien :


« Le vent est tombé d'un seul coup et a tourné de 180° à l'arrivée de la manche 3 : nous avons peut-être du mal à gérer ces phases de transition très violentes mais c'était tellement imprévu que tous les bateaux ont été aussi surpris que nous. C'est frustrant parce que nous avions bien construit toute la manche et nous avions gagné des places, l'équipage était bien en phase et FRA 93 a une bonne vitesse. Mais le vent a moisi… Il y a un peu de fatalité sur cette manche. Et pour le départ de la Race 2 que nous volons, c'est vraiment très ténu : nous n'avons pas baissé les bras et nous avons constamment grappillé des mètres et des places. Je pense que nous avons encore à nous caler et nous utilisons ce Louis Vuitton Act 13 pour ça ! Les clés de fonctionnement sont à trouver mais le potentiel est là. Il nous reste 5% de plus à exploiter pour nous mettre à l'abri de situations comme celles que nous avons connues depuis deux jours…Le bateau est polyvalent mais les manches sont assez spéciales, d'abord parce qu'elles se déroulent en flotte et qu'en sus, le vent est très instable…Il nous faut gérer les coups fourrés à l'approche de l'arrivée ! »


A lire également :




Crédits Photos : Franck Socha/Areva Challenge

0 commentaires:

Publier un commentaire